Un mois d’avril où je n’ai pas cumulé beaucoup de kilomètres mais où mes jambes ont foulées un nouveau pays.

En France, j’ai fait mes petites sessions habituelles mais j’ai changé mes parcours et mes allures aussi. J’ai fait des sorties en allure tranquille parce qu’il parait qu’elles sont utiles pour progresser… faut voirJ’ai eu plus l’impression de me faire mal qu’autre chose, en me forçant à ralentir ma course…

 

 

Et puis, j’ai testé la course au Portugal durant ma semaine de vacances. Du dénivelé, des côtes et des pavés… Rien de tel pour égayer les sorties !

 

 

La première je l’ai faite un midi, peu après avoir mangé, par 22°… donc ça a piqué les gambettes. Une chaleur écrasante, (car plus habituée) et des côtes à n’en plus finir. J’ai seulement réalisé une boucle de 2 mini km et retour au bercail. Ce n’était pas un parcours baby non ! La loose.

Deux jours après, en mode lève-tôt, 6h30 du matin je décollais. Déjà 15º, mais une course agréable, bien que difficile. Les routes du village sont essentiellement pavées et mes chevilles en ont gardé des souvenirs. Là-bas, j’ai trouvé très peu de chemins plats. Presque tout mon parcours s’est composé de montées-descentes. Mes temps n’ont pas été des plus florissants mais le plaisir était présent et c’est l’essentiel.

 

Et avant la fin des vacances, j’ai fait une troisième sortie, sur laquelle j’ai réussi à approché mes temps habituels. Je n’étais pas peu fière !

Je n’ai pas recouru avant de partit, car il faut savoir aussi, que dans le village ou l’on séjournait, les chiens vaquent à leurs occupations comme de fabuleux humains !!! Sur 3 sorties, je me suis retrouvée par deux fois avec des cabots aux fesses et en troupeau !!! Ça m’a refroidie pour le restant de la semaine.

Bref, j’en aurait bien bavé entre le dénivelé, les pavés et les chiens…Je n’étais pas habitué du tout ! Bien qu’en France je me sois déjà fait croquer les fesses

 

 

Puis retour en France…

 

Le jour même, après avoir atterrie et vidé les valises, je partais courir mes 5 kilomètres habituels pour me remettre dans le bain. Ensuite, le travail a repris et les sorties se sont un peu plus limitées.

Finalement, pour le mois d’avril, j’ai rien foutu en nombre de kilomètres foulés.

Va falloir mettre les bouchées doubles au mois de mai.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pouvez bien entendu, laissez un petit brin de votre passage ici :