Tu remontes ce col pour cacher ces vilaines cicatrices qui te pourrissent les chairs. Tu enfouis ces fines mandibules à l’abri des courants d’airs qui viendront te mordre le coin des lèvres. Tu évites, tu fuis.

Ces ecchymoses marquées qui t’accompagnent, sans savoir jusqu’où elles se perdront. Et toi, tu dévales toujours plus, pour les semer, tu bifurques, t’arrondies, te braques… Cette ombre qui court plus vite que tes pas. Ce vent qui souffle plus vite que tes bronches.

Et ces gants qui recouvrent ces foutues engelures qui te bouffent les phalanges. La chaleur de ta salive ne sauve même pas ces lambeaux de peau qui se disloquent dans la moiteur du coton. Un rouge carmin teinté de ce qui reste derrière.

Ce tout petit noyau que tu camoufles, que tu enfouies bien au fond, là-dedans. Tu tentes de le pousser, de le repousser, un peu plus violemment que ces autres fois où il te faisait grise mine. Tu l’observes du coin de l’oeil, de la plus grande discrétion qu’il soit. Tu attends qu’il prenne une pause pour le recouvrir de la meilleure des enveloppes que tu puisses lui concéder. Pris au piège, il se logera bien à sa place, dans le plus grand calme avec la plus grande lassitude pour compagnie.

Sur ton morceau de bitume, tu marqueras la pause, glacée par tant de violence. Tu patienteras jusqu’à la prochaine descente de bus. Bousculée, reculée, consternée.

blizzard

La chaleur d’une main, la douceur d’une voix, la posture rassurante qui se postera juste devant, au besoin, si tu lèves les yeux, juste un instant. Il faudra la prendre avant qu’elle ne prenne l’autre direction, juste avant qu’elle ne tourne les talons pour claquer d’autre pavés.

Attrapes lui la main… Faudra pas trop attendre !

mains

Rendez-vous sur Hellocoton !
2 comments
  • Marie Kléber
    15 septembre 2017 at 14 02 51 09519

    Parfois il suffit de ça, d’une main, d’un regard bienveillant.
    Très beau texte

    Reply
    • Neurones En Eventail • Post Author •
      17 septembre 2017 at 14 02 25 09259

      il est vrai que parfois un simple geste, un simple regard suffit 😉

      Reply

Vous pouvez bien entendu, laissez un petit brin de votre passage ici :