Cette intensité qui s’enfuit…

Et tu la vois, tu te souviens beaucoup même, de son regard, qui paraissait rempli mais qui creusait le vide quand tu prenais le temps d’observer ses yeux. Cette béance, qu’à priori rien ne remplissait et qui parfois continuait de s’agrandir. Un trou noir, tu te disais… Mais ça tu te gardais bien de le lui dire. Juste tu contemplais, tu observais, tu tentais peut-être de comprendre mais au final, que savais-tu réellement ? Ce qu’on voulait bien te dire, ce qu’on voulait bien te montrer et tentait aussi de te dissimuler ! Parce qu’en même temps, tu restes juste une pièce accessoire, un contemplateur, un voyeur, un spectateur pour beaucoup.

Et rien n’y faisait, le temps passait et ça ne luisait pas pour autant. Le peu d’étoiles qui restait, s’éteignaient à mesure, par peur du lendemain, par abandon, par manque d’efforts, par faiblesse ou par dépit… Allez savoir.

Après tout, quand un courant est bien trop fort, on à beau pagayer, le remous nous emporte au creux de son giron.

Tu la côtoyais souvent pourtant, mais après tout, est-ce qu’il fallait s’attarder sur ce regard que même toi ne pourrais faire briller, ou tout du moins, le faire s’illuminer que l’espace de quelques volutes minutes ? Est-ce que ce serait suffisant ? Est-ce que ça changerait les choses ? Il semble que non.

Après tout c’est ainsi, les choses changeront peut-être, ou non, après tout, elle n’a qu’à se débrouiller aussi.

étoiles

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

  1. C’est dur.
    Je t’envoie de tendres pensées.

Vous pouvez bien entendu, laisser un petit brin de votre passage ici :