De douceurs … En fin de vie …

Les temps ont changé, les pratiques médicales ont évoluées, l’âge de vie à augmenté et les maladies qui vont avec, aussi. Mais, la médecine, face à la fin de vie et à sa prise en charge à stagné. Et pourtant, les mentalités ont évoluées.

Nous n’avons encore pas ce libre choix de décider de la fin que l’on souhaiterait face à la maladie. Ce qui fait, que les malades, les patients, “traînent” avec leur(s) pathologie(s) et en subissent les souffrances qui sont liées, directement ou indirectement. Bien que des antalgiques leurs soient administrés, la souffrance physique et morale reste présente. Pour le patient, pour la famille et l’entourage, ce malaise est présent et chacun doit le gérer comme il le peut, mais à quel prix ? 

Ne sommes nous pas maîtres de notre corps, décisionnaires de ce que l’on voudrait en faire ? Que l’on ai 15, 35, 75 ans ? Que l’on soit apte mentalement ou non ? Doit-on tout de même subir les souffrances d’une maladie ? Les douleurs d’une fin de vie ?

Les soignants eux aussi, sont confrontés à ces fins de vie, parfois désastreuses, parfois incomprises, parfois mal prises en charge. Elles ne sont pas simples, pas faciles à gérer au quotidien pour nous. Regarder, accompagner leurs souffrances, leurs douleurs, n’avoir aucun pouvoir d’aides supplémentaires n’est pas évident, voire douloureux pour nous aussi.

Il serait réellement important de s’inquiéter de la bonne prise en charge de la fin de vie, d’accepter les choix de chaque personnes, les décisions qu’elles souhaiteraient mettre en place, de respecter honneur et dignité dans toutes leurs dimensions…

C’est tout de même les derniers instants de vie, les derniers souffles, les derniers souvenirs, les dernières sensations, les dernières paroles. Devons-nous les vivre dans le chagrin, la souffrance ou la douleur ?

acc fin de vie

Source

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

  1. Très juste. Tes mots face à cet accompagnement des derniers instants.
    Il y a encore du chemin à faire pour admettre que chaque patient puisse choisir de quelle manière terminer sa vie. La mort fait encore trop peur peut-être. Pourtant parfois cela permettrait des départs plus légers, plus faciles et comme tu le dis si bien moins de douleurs aussi.

    1. Si seulement oui car tout cela est douloureux pour tout le monde. Quand on voit que toute sa vie on se donne du mal pour vivre bien et que pour la terminer il peut en être autrement

Vous pouvez bien entendu, laissez un petit brin de votre passage ici :