De rêves en désirs

Très peu de place, peu de temps, des caressent tout s’envolent,

Des gestes, des regards, des câlins… Attendris, meurtris…

Accentués par la Fougue, sertie de tendresse,  

 

Du désir, de l’attente, de l’envie, du partage,

Des moments inanimés ou capitulent nos envies, lors de sommeils exigés,

 

Des attentes latentes, en vue d’étreintes furtives, des moments sensuels parsemés de regards complices,

Et des vagues qui glissent sous la peau, qui te poussent à cet hymne mélodieux,

 

Mais tout s’étouffent, tout s’éteint, dans un silence qui se rétame sur place,

Les envies passent, elles t’animent, te hantent et te possèdent,

Si bien que même l’aurore ne chasse pas tes vieux rêves.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *