L’Homme est constitué de sorte, à revivre sa vie comme un cycle. Enfin pour l’expérience que j’en ai.

Une répétition de choses, de moments, de situations… Sans doute parce qu’il connaît ce schéma et aucun autre… Un schéma passé, connu, vécu et qui reste le seul modèle, la seule façon de fonctionner. Quand il n’en connaît pas d’autre, c’est dur pour lui de fonctionner autrement. Par peur de l’échec, peur de l’inconnu aussi ou par facilité.

Les différents domaines de sa vie se répètent, même s’il pense en être sorti et qu’il pense ne pas recommencer cette boucle. Idem, lorsqu’il ne veut pas reproduire les même schémas familiaux.

La plupart du temps, l’Homme est semblable, au milieu qui l’a éduqué. Ses traits de personnalités, de caractères et son individualité, se modélisent sur ce qu’il a connu. Son raisonnement, son organisation et son fonctionnement, qui lui sont propres, reprennent les bases connues. C’est comme s’il était impossible de sortir de ce “système”, un peu comme une matrice propre à cet individu. Il persévère dans la continuité de ses aïeux. 

hommes noirs

D’ailleurs un bouquin en parle : Aïe, mes aïeux ! Faudra vraiment que je me le procure pour approfondir le sujet.

“Anne Ancelin Schützenberger livre dans cet ouvrage, à travers son analyse clinique et sa pratique professionnelle de près d’une vingtaine d’années, une ” thérapie transgénérationnelle psychogénéalogique contextuelle “. En langage courant, ceci signifie que nous sommes un maillon dans la chaîne des générations et que nous avons parfois, curieusement, à ” payer les dettes ” du passé de nos aïeux. C’est une sorte de loyauté invisible ” qui nous pousse à répéter, que nous le voulions ou non, que nous le sachions ou pas, des situations agréables ou des événements douloureux. Nous sommes moins libres que nous le croyons, mais nous avons la possibilité de reconquérir notre liberté et de sortir du destin répétitif de notre histoire, en comprenant les liens complexes qui se sont tissés dans notre famille.”

Certains moments de notre vie, nous poussent à nous interroger sur notre fonctionnement. Celui qui nous est propre et celui qui correspond à notre fonctionnement dans le milieu familial. Il nous questionne et aujourd’hui je suis dans ce questionnement et cette recherche de modèle “personnel” ou “transgénérationnel”.

 

Affaire à suivre.

liberté

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pouvez bien entendu, laissez un petit brin de votre passage ici :