Folie et sombre manque

 © Jay Toor

Il se demandait encore s’il avait bien fait. S’il avait bien agi… Mais…

En même temps elle le lui avait demandé : “Déposes-moi ici, je vais continuer sans toi, j’ai pas besoin de toi.” Il y avait tellement de colère et de rage qui se déversait au travers ses mots. Ses gestes dans l’habitacle étaient agités, spastiques, hargneux et auraient vite tournés à la violence. Elle devait absolument descendre pour prendre l’air et se ressaisir. Si ça lui était encore possible.

La dose lui manquait. Elle n’avait pas eu son shoot du jour. Quand la journée commençait ainsi, tout deux savaient que ça tournerait mal. Mais encore une fois, la veille, ils avaient exagéré leur consommation, sans se préoccuper du lendemain et de la difficulté de se procurer leur petit bijou.

Les voilà aujourd’hui confrontés à l’état de manque, à l’angoisse de ne pas trouver leur fournisseur, à la panique qui les gagnait pour affronter ce début de journée sans leur pilier.

Pour elle, c’était toujours plus difficile d’en manquer. Elle ne savait pas se gérer, pas se contenir. Ça la démangeait, ça la grattait, la peur la gagnait, l’irritabilité était à son comble et les maux de têtes bien trop présents. Elle voulait se rouler en boule dans son lit et se sentir rassurée. Elle voulait être au calme et pouvoir respirer, ne plus suffoquer.

Maintenant, elle était plantée là, en plein milieu de cette route à l’orée du bois. Accroupie dans l’herbe, tentant de se calmer, tentant de se raisonner. Elle voulait retrouver la paix. Elle avait froid et se demandait combien de temps encore elle allait devoir attendre avant de croiser une voiture qui voudrait bien la prendre en stop.

Quant à Jack, il avait repris la route, se disant comme à chaque fois, qu’elle trouverait bien le chemin du retour. Mais à quel prix ? Et à quels risques ? Ça, à chaque fois, Léa n’osait lui avouer ce qui se passait entre le moment où il la laissait seule et le moment où elle trouvait un moyen pour rentrer. Ce qui importait c’est qu’elle rentre et qu’elle reprenne sa place dans l’appartement qui leur servait de squat et qu’ils reprennent leurs habitudes de shoots, d’ivresses et autres trucs, que leur cerveau était capable d’occulter pour ne pas sombrer dans la folie.


Projet : L’idée vient de Leiloona du blog  Bricabook  d’écrire chaque semaine, quelques lignes à partir d’une photo. Voici donc ma contribution.

Source image © Jay Toor

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

  1. Nour says:

    Idée originale, boen loin de ce u’on aurait pu imaginer à partir de cette photo, bravo !

    1. Je te remercie beaucoup ! ☺️

  2. Un texte puissant sur l’addiction, bravo !

Vous pouvez bien entendu, laisser un petit brin de votre passage ici :