J’ai écrit au président

Oui, vous allez me dire, mais quelle idée ai-je eu là ?

C’est parti d’un article que j’ai lu, où les gens se plaignaient du prix du carburant qui ne cessait d’augmenter. Ils ont eu alors la bonne idée, de cumuler les tickets de stations-service pour les lui envoyer et lui faire comprendre leur ras-le-bol. J’ai trouvé que le principe était pas mal. Et je voulais faire de même. Puis je me suis dit, quitte à lui envoyer quelque chose, autant lui écrire en même temps mon mécontentement .

J’ai donc trouvé son adresse, assez simple cela dit : Monsieur le président de la République, Palais de l’Élysée, 55 rue du Faubourg-Saint-Honoré, 75008 Paris.

J’ai donc profité de mon envoi, pour lui exposer mon ras-le-bol sur la hausse du prix à la pompe, parce que même en faisant attention à mes déplacements personnels, je cumule 300 euros par mois de Gasoil pour aller travailler, emmener les enfants à l’école… Effectivement, je pense qu’il y a d’autres moyens pour limiter l’empreinte carbone que de taxer le petit peuple constamment. Mais ça c’est une dimension qu’il n’a sans doute pas envie de prendre en compte.

J’en ai profité aussi pour lui expliquer que le train de vie des membres du gouvernement était juste inconcevable surtout lorsque l’on demande aux citoyens lambda de faire des efforts. J’ai même demandé à ce qu’il y ai plus de transparence dans les dépenses du gouvernement. Oui je rêve je sais… Mais bon… Pourquoi devrions-nous faire des efforts constants et qu’eux n’en fassent pas ?

J’ai parlé aussi de la fonction hospitalière, du système de santé qui bat de l’aile, des politiques qui laissent le tout s’enfoncer, sans apporter aucun soutien. Le manque de personnel, la fermeture de services, d’unités ou même d’hôpitaux allaient conduire à des problèmes de santé publique bien plus importants par la suite. (Article disponible en cliquant sur l’image ci-dessous).

hopital de chalon sur saone

Info-Chalon

J’en ai profité pour lui dire aussi que nous, fonctionnaires, travaillant dans les hôpitaux, n’avons pas vu nos salaires augmenter depuis belle lurette, pendant que le coût de la vie lui, n’a cessé d’augmenter. Du coup, cela allait être difficile pour nous de relancer la consommation du pays sans argent à dépenser. Bref.

J’ai parlé d’un certain nombre de choses dans mon courrier, sans trop en mettre non plus, pour qu’il puisse la lire sans être blasé. Sauf si un subalterne aura pris les devants et lu mon courrier à sa place

J’attends donc une réponse de sa part, sait-on jamais, pour voir quelles explications il pourra me transmettre et de quelle manière il se justifie. Je sais que ça ne changera ni sa politique, ni son point de vue, ni la santé des hôpitaux, ni le portefeuille de la population, mais au moins, j’aurai pris la peine de lui écrire et d’expliquer mon mécontentement et de ne pas me contenter de juste râler dans mon coin.

Et vous, avez-vous déjà écrit au Président ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

  1. Non jamais écrit au président mais ce n’est pas l’envie qui m’en a manqué avec ses prédécesseurs. Quant à lui, je ne me fais plus guère d’illusions. Mais je trouve que ton initiative est positive et que s’il recevait 50 millions de lettres peut-être qu’il se remettrait en question… enfin.

  2. dhelicat57 says:

    Non parce que je pense que cela ne sert à rien celui la n’ecoute rien ni personne dautre que sa petite voix interieure il ny a qua voir ses reflexions devant la foule … et il a dit récemment d’arrêter de se plaindre pour que tout aille mieux: la preuve de son indifférence… j’espère que tu auras une réponse bon dimanche

    1. Oui on peut voir les choses ainsi, d’ailleurs je pense comme toi, qu’il n’en a rien à faire, mais au moins, ça m’a évité de râler une fois de plus seule dans mon coin !!!

  3. Je ne lui ai jamais écrit mais j’y songe, pour lui parler notamment du traitement des handicaps invisibles dans la société, mais je pense qu’il s’en bat les noisettes malheureusement :/

    1. Et bien lances-toi alors tu n’as rien à perdre

Vous pouvez bien entendu, laisser un petit brin de votre passage ici :