Le calvaire de l’arrêt de travail

Je ne sais pas vous, mais moi en arrêt de travail… C’est un fait bien surhumain… Mon dernier arrêt remontant à ma dernière grossesse, il y a 3 ans. Et je n’avais qu’une hâte ! Retourner bosser !

Bref, en arrêt forcé depuis deux jours à cause d’un bête accident de parcours, je trouve le temps plus que long et je sens le côté déprime pointer le bout de son nez.

entorse

Je déteste ce sentiment d’incapacité à faire quelque chose, de se sentir de côté, de ne pas être productive, de tourner en rond chez soi à se demander ce qu’on pourrait faire alors qu’on est coincée à domicile. Je hais ça. En plus de ne pas pouvoir courir, je ne peux même pas marcher à cause d’une foutue entorse. Entorse qui s’est malheureusement pointée le jour de mon semi-marathon… (Voir plus haut).

Bref, je suis incapable de tout, je ne fais rien, je me languis de reprendre le boulot. Certes j’ai des enfants à m’occuper mais y’a école, du ménage à faire, qui une fois fait, bah y’à plus rien à faire, j’ai répondu à toutes mes cartes postales que j’ai reçues dernièrement, je lis, j’écris et pis quoi ?

chat

Alors j’attends ce satané verdict de mon médecin, qui me laissera (ou non mais je ferai en sorte que ça n’arrive pas) reprendre le travail. Car qui dit reprendre le boulot, dit avoir la capacité de remarcher normalement donc de reprendre une vie normale… Sortir, bouger, faire du sport, voir du monde et avoir ces deux jambes qui fonctionnent normalement. J’ai trop de mauvais souvenirs de ma première grossesse ou j’étais forcé d’être alitée, ce qui m’a conduit tout droit à une belle dépression.

Voilà pour ce qui est de mon moral du jour et sans doute de la semaine qui va suivre jusqu’à ma prochaine visite chez mon médecin.

Et vous, comment vivez-vous le fait d’être en arrêt de travail ou le fait d’être dans l’incapacité de faire quelque chose suite à une blessure ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

  1. C’est toujours un moment délicat pour moi. Trop habituée à toujours être en train de faire quelque chose.
    Mais souvent un rappel essentiel toutefois – se poser est aussi nécessaire.
    Courage ma belle, j’espère que tu seras vite remise sur pied.

    1. Verdict ce soir ! Mais j’ai hâte oui ! Et comme tu le dis si bien, quand on est habitué a toujours être en action c’est difficile de faire l’inverse

Vous pouvez bien entendu, laisser un petit brin de votre passage ici :