L’envol

Elle est là au loin, tu l’aperçois, t’en approches, elle brille, elle te fais de l’œil, elle te fait son cinéma et tu tentes de prendre place. Tu la regardes, la fixes afin d’être sûre qu’elle ne quitte pas sa si belle stature. Tu souris à ne plus pouvoir parler et tu uses tes yeux sur l’horizon.

Elle danse et s’illumine à mesure que tu t’avances. Un ballet juste pour toi, des notes d’un accord qui emmenait avec elle tous les amoureux qui s’y prenaient les pieds.

Et tes pieds s’enlisent, s’enfoncent dans ce sol mouvant.  Tu te débats, jouent des jambes, tu moulinent et pédales autant que tu peux, car son image ne devient plus qu’un flou qui prend de l’élan. Elle s’échappe, elle prend son aise et toi tu sèches ce qui reste collé à tes baskets… Le temps de ce regard baissé, elle s’est fait la malle.

femmes

Tu lèves les yeux et tu n’observes plus qu’un vide de perspectives. Disparue.. Poufff… Envolée… Un envol que tu n’as même pas pu contempler. Tu n’as rien pu saisir, rien savourer.

Les bras te tombent, tes genoux te lâchent, ils se brutalisent sur ce sol devenu soudainement si dur. Ta tête si lourde se replie sur ce coeur si gros, que seule cette merveille pouvait consoler.

La pluie dégringole, elle te mouille et te pénètre autant que tes larmes te noient.

L’orage passe… Tes rêves s’effacent… Tu regardes tes mains si souillées, et tu comprends qu’alors tu devras te dépatouiller seul de ce putain de merdier.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

  1. Marie Kléber says:

    C’est bien écrit mais c’est sacrément dur. J’espère que tu vas bien.
    Je t’embrasse

    1. Tout va bien ne t’en fais pas 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *