Quand revient ce manque

Et ce manque qui réapparaît… Ô ! Il était prévisible, mais je ne me souvenais plus que le manque était à ce point cruel.

Celui qui te dévore de parts et d’autres, celui qui te brûle et te consume de l’intérieur. Celui qui te pique, sans prendre la précaution de prendre l’apéritif avant. Celui qui repousse de toute part les molécules de tes organes et qui tente de les percer pour s’externaliser. Il se répand de partout et n’envisage aucune pause, aucun répit. Il profite de cette faiblesse pour prendre ses aises tout à sa manière, il défie toutes les limites qui s’impose à lui.

Il va encore perdurer quelque temps ici… Et même si l’on sait que ce n’est que passager, sa présence est brûlante, marquante, dévorante, terrassante.

Cette absence qui devrait juste marquer un simple vide à pourtant une puissance, un pouvoir surdimensionné, une emprise incommensurable…

Je suis amoureuse, addict, prisonnière du Run… 

Il s’est absenté pour quelques semaines et j’attends son retour avec impatience.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pouvez bien entendu, laisser un petit brin de votre passage ici :