Ses forces contraires

C’était là, bel et bien là, elle le sentait, elle le voyait, elle l’entendait. Elle n’était pas folle. Elle savait bien qu’il allait encore se pointer et faire son numéro de caïd des bas quartiers. Histoire d’impressionner, de se la péter. Ah ! Il faisait le malin, il faisait le beau, il se la racontait, il se donnait cette image de grand mec, à qui tout réussi, à qui rien n’échappe. Il aimait avoir la maîtrise des choses et cette emprise sur les autres. Et ça il l’avait et la maintenait férocement.

Elle le savait, elle le voyait, elle connaissait ses moindres défauts. Il faisait tout pour qu’on l’admire, qu’on se pavane devant lui, qu’on le trouve beau, séduisant, que son pognon de merde nous attire. Il avait ce petit rictus quand il réussissait à berner son prochain et cette pédance bien plus présente qu’on le voulait. Il était ce gars qu’on pensait fantastique par toutes les qualités qu’il aimait à vanter, à montrer, qu’il laissait ressortir à son bon vouloir. Mais quand on arrivait à le toucher, du bout des doigts, là… attention, une brûlure féroce s’en dégageait.

Ses forces contraires se laissaient alors apercevoir et là, on savait que c’était bien trop tard. Une fois qu’on avait touché l’envers de son décor, les temps qui allaient suivre allaient s’harmoniser sur une autre fréquence, bien plus éclectique et frénésique qu’attendue.

Il allait falloir s’armer de courage et de patience pour affronter les démons qui le possédaient.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

  1. Superbement bien écrit!
    Derrière les apparences, une vérité difficilement domptable.

Répondre à Latmospherique Annuler la réponse.