Toujours à l’horizon

Elle était plantée là, mais on voyait qu’elle était en mouvement permanent, en réflexion constante. Tout s’alertait à chaque respiration qui se déployait en elle, tout se mouvait à chacun de ses pas qui s’alignait.

Le balancier de ses bras, l’entraînait dans un mouvement continuel, rien ne l’arrêtait et pourtant l’épuisement était sous-jacent. Il aurait fallu lui dire de s’arrêter et de se laisser porter, de se laisser guider, de respirer aussi.

Mais son besoin d’agitation était constant, permanent, vital. Chacun de ses poumons se nourrissait de la moindre molécule d’oxygène qui passait devant elle, devant chaque bouffée de liberté.

Une liberté qui n’était peut-être pas aussi sereine qu’elle voulait le penser. Une plénitude qui parfois se confondait dans un semblant d’espace muré. La frontière était un peu floue si ce n’est invisible et elle passait son temps et son énergie à galoper entre les deux espaces.

obstacle

Le pas était toujours pressant, ça se ressentait à longueur de journée. Les objectifs étaient devant et reculaient à mesure qu’elle tentait de les attraper. Ils étaient un peu fourbes sans doute, mais elle avait l’air de composer assez bien avec. Alors il est bon de laisser son pas, se faire à ce rythme effréné et de voir ce qu’il en adviendra.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

  1. Cécile C says:

    Impressionnant ton texte … jamais je ne pourrais bouger autant …
    Je me demande après quelle liberté elle court
    Ton texte me questionne et ça c’est bon !!
    Gros bisous et à bientôt
    PS qui doit envoyer un courrier à l’autre ?

Vous pouvez bien entendu, laisser un petit brin de votre passage ici :